0 Comments

HPN et l'aplasie

L’HPN et l'aplasie médullaire sont deux maladies parfois concomitantes. En effet, l’aplasie peut être une complication de l’HPN et l’HPN apparaît chez 30 à 40 % des patients aplasiques traités par immunosuppresseurs.

L’aplasie médullaire est également une maladie rare, dont l’incidence est de moins de 10 cas par million et par an. Elle se caractérise par une incapacité de la moelle osseuse à produire normalement les cellules sanguines (globules rouges, globules blancs et plaquette) et donc à remplacer les cellules circulantes destinées à mourir naturellement.

En fonction des types de cellules touchées, les symptômes et les risques sont différents :

• s’il s’agit de globules rouges, l’aplasie entraîne une anémie,

• s’il s’agit des globules blancs, le déficit entraîne une baisse de l’immunité et provoque ainsi des infections à répétition,

• s’il s’agit des plaquettes, cela provoque des troubles de la coagulation et par conséquent des hémorragies.

Sans traitement, l’aplasie médullaire est grave, mais la sévérité des symptômes varie d’un patient à l’autre.

La transfusion est le traitement de support le plus courant, elle permet de palier au manque des cellules sanguines et la greffe de moelle osseuse, proposés en fonction de la gravité de l’aplasie.

Des facteurs de croissance peuvent également permettre de stimuler le renouvellement de la moelle osseuse.